La ferme de spiruline à Koudougou

La spiruline

La spiruline est une algue, souvent retrouvée sous forme de complément alimentaire, aidant à la lutte contre la malnutrition et à l’entretien de l’organisme. Elle est riche en protéines, fer, vitamine A, vitamines B, calcium et magnésium. Elle renforce également le système immunitaire.

 

A Koudougou, 3ème ville du Burkina Faso (au centre-ouest, de plus de 80 000 habitants), une ferme productrice de cette algue intéresse plus particulièrement le Cash-Solidarité.

 

Le partenaire local est La Ferme Spiruline NAYALGUE qui produit de la spiruline et la distribue à des centres sociaux ou de santé (populations fragiles), à un prix « social » (inférieur à celui du marché). La ferme n’oublie pas non plus de rester compétitive en vendant suffisamment de spiruline sur le marché à son prix réel, lui permettant de poursuivre son développement.


Ce projet, soutenu depuis plus de quinze ans par le Cash-Solidarité, doit être lu chronologiquement afin de constater tous les changements et adaptations qui ont permis d’aboutir à la réalisation d’un centre de production efficace, certifié bio, social et commercial, ainsi que reconnu en Afrique et en Europe.

LE PROJET SPIRULINE A KOUDOUGOU

Le projet de la petite ferme basée au sein du Petit Séminaire de Koudougou date de 1999. Il fut initialement soutenu par des partenaires français CODEGAZ. C’est pour cette petite ferme, dite alors ferme du Petit Séminaire, que le Cash-Solidarité fut initialement contacté en 2005, le ministère de la santé burkinabé s’engageant sur la grande en construction dite Ferme NAYALGUE à partir de 2005.

LES DEBUTS DU PROJET : 2005-2011

Certains choix techniques d’avant 2005 ont été malheureux pour la petite ferme, notamment les constructions des bassins en BTC (brique de terre compactée), qui se sont délitées au cours des années, à l’occasion des pluies tropicales. De surcroit, les bâches d’étanchéité des bassins en PVC, de mauvaise qualité, se sont finalement dégradées beaucoup plus vite que prévu. L’augmentation progressive de la trésorerie, entre 1999 et 2005, ne pouvait cependant compenser les dépenses nécessaires à la réfection de l’ensemble des bassins, tous presque simultanément « en fin de vie ».


Un bassin est, dès lors, financé par le Cash-Solidarité au titre de 2006, un autre en 2007 et un troisième en 2008. 

photo 1.png

Exemple d’un bassin de production de spiruline (celui-ci financé et réalisé en 2018, avec son atelier).

Un quatrième, prévu avec Pierre son premier directeur, est réalisé en 2009 avec Denise, nouvelle responsable. Puis 2 jusqu’en 2011.

 

Toutefois parmi les quatre premiers bassins, trois sont de petite taille (moins de 50m2). Ils ont servi d'essai et, malheureusement, la qualité du béton n’a pas assuré leur étanchéité et la solidité des bassins. De surcroit, pour optimiser la production, pour des questions de rentabilité, les cultures doivent être faites sur un minimum de superficie de culture, c'est à dire d'au moins 150m². Tous les autres bassins, construits après 2009, ont donc plus de 150 m² et offrent une meilleure rentabilité.


Près d’une tonne de spiruline a  été produite en 2010, puis en 2011 et 800 kilos en 2012. Le stock de 2010 était minime et les ventes étant correctement assurées. L’activité génère alors une quinzaine d’emplois locaux (6 permanents, les autres à mi-temps).

2012 : LA FERMETURE DE LA PETITE FERME, SUIVIE D'UNE REOUVERTURE

Les bassins ont été fermés pendant une année (fin 2012 à fin 2013). Les 2 fermes de Koudougou ont juridiquement fusionné pour des raisons de rentabilité. Le Directeur d’exploitation de la grande ferme (M. Jean ZOUNGRANA) assure désormais la gestion fusionnée des 2 fermes.


La ferme du Petit Séminaire fonctionne à nouveau, fin 2013, avec 300m² de culture soit deux bassins de 150m², chacun d’entre eux venant d’être remis aux normes. On peut aussi mentionner un bassin de 200m² disponible, mais qui nécessite aussi une réfection. Ce qui offre des possibilités pour l’avenir.  


Le personnel est alors composé d’un responsable de culture, d’une secrétaire comptable, de quatre récoltantes, d’une dame chargée de la propreté des locaux ainsi que du ramassage du produit séché dans la soirée, d’un gardien titulaire et d’un gardien de weekend. Cela fait donc un total de neuf employés salariés. Les salariés travaillent 5 jours sur 7 soit du lundi au vendredi.

Photo 2.png

Une partie du personnel de la ferme du Petit Séminaire

2014 : LA REOUVERTURE DU TROISIEME BASSIN, DES INVESTISSEMENTS POUR DIMINUER LES COÛTS ET AMELIORER LA PRODUCTION

En 2014, grâce à l’ouverture projetée du troisième bassin de 200 m2, la petite ferme passe d’une superficie de 300m2 de culture à 500m2. Décision est prise de diminuer les coûts de production avant de construire un nouveau bassin. 
C’est pourquoi un puits, avec système de pompage solaire et un château d’eau sont installés en 2015, entièrement financé par le CASH, pour fournir suffisamment d’eau aux algues. La mise en place d'une haie de fleurs autour de toute la ferme est réalisée, en 2016, afin de bloquer toute la poussière venant de l’extérieur, puisque les bassins sont à ciel ouvert.

2017 : UN PROJET QUI PREND DE L'AMPLEUR

De nouvelles demandes émergent confirmant l’aspect multiplicateur du développement de ces fermes de spiruline et on fait l’acquisition d’un groupe électrogène pour pallier les pannes de courant.


Ainsi arrivent concomitamment les premiers financements du Cash dans des ateliers de production et de séchage aux normes Biologiques dans le périmètre de la grande ferme Nayalgué en sus de celui la ferme du Petit Séminaire. 


Un premier atelier de production de spiruline est équipé, qui traite de tous les processus de transformation des algues : après la récolte en bassin, ces ateliers permettent pressage, extrusion (utilisation de la pâte déjà pressée pour la comprimer et en faire de la matière plus sèche encore) et séchage définitif).


Pour des raisons de confidentialité, les chiffres de productions ne sont pas communiqués sur ce site. Toutefois, les adhérents du CASH ont les détails des productions et ventes.


En 2017, la part de spiruline revendue à prix social représente alors 70 à 75% de la production du Petit Séminaire - en 2015, 2016 et 2017 - contre 60% en 2014.  Alors que le prix normal du kg de la spiruline est d'environ 38 euros de l’époque au Burkina, celui donné pour des raisons sociales est de 6 euros.

2018 : LA MISE EN ROUTE D'UN QUATRIEME BASSIN

En 2018, les chiffres de production sont en augmentation du fait de la surface enfin acquise de 700m2 de bassins avec le quatrième bassin construit ex-nihilo et toujours financé par le CASH. 


Grâce à la surface de la ferme du Petit Séminaire, la part sociale continue de représenter 70% de la production du Petit Séminaire. Pour la grande ferme Nayalgué, la part à prix sociale s'élève en 2018 à 13,5% de la production.


Les 4 bassins de la petite ferme, tout comme ceux de la grande ferme ont tous dorénavant attenant des ateliers de récolte et d’autres de séchage aux normes de 2018, ce qui est un progrès par rapport au passé. La spiruline est de meilleure qualité bien qu’elle était déjà renommée avant.

Le personnel de la ferme travaillant la spiruline dans un atelier

A33CE9CA-0AD2-48C9-8C50-5399CCB0E12D.jpeg

2019 : LA CERTIFICATION BIOLOGIQUE ET LES DIFFICULTES FINANCIERES

La consommation de la clientèle européenne devenant de plus en plus exigeante en produits biologiques pour ce qui concerne les produits alimentaires en général et la spiruline en particulier, la Ferme Spiruline NAYALGUE s’est vue obligée de recourir à une certification biologique de sa production à partir de 2019.


C’est pourquoi, en 2019 avant de se mettre aux normes en 2020, seule une petite quantité de spiruline a été produite dans la grande ferme, la petite ferme poursuivant sa production de spiruline conventionnelle presqu’au même rythme habituel avec un effectif de 11 employés et 52 employés pour la grande ferme. 


Des intrants bio sont donc achetés. 


L’aide du Cash-Solidarité permet à la ferme d’atteindre la certification biologique grâce aux travaux de réaménagement de 5 ateliers, et 2 ateliers étant financés sur fonds propres de la ferme NAYALGUE en 2020. Ces ateliers ressemblent maintenant à des maisonnettes fermées avec une seule porte d'entrée. L’équipement de 2 autres ateliers est prévu pour 2021.

Photo 3.png

Image d’un atelier après les travaux de réaménagement conformément aux recommandations de l’audit bio.

A l’intérieur on y découvre le plafond en contre-plaqué fait sous le hangar afin d’éviter toute chute de probable poussière au moment de la récolte.

2020-2021 : L'ANNEE PANDEMIQUE

L’année 2020 marque un tournant, non seulement dans l’obtention de la certification bio, mais aussi par l’impact majeur de la pandémie mondiale de la Covid-19. Avec l’arrêt du commerce vers l’Europe et de l’économie, une bonne partie du stock produit au cours de l’année 2020 n’a pas pu être écoulée. 


Ainsi, le CASH soutient pour l’année 2021 l’achat de diverses machines, comme une permettant la mise en gélules de la spiruline, et une autre la transformant en comprimés. Il s’agit de proposer aux consommateurs différents conditionnements pharmaceutiques pour mieux correspondre à l’évolution des goûts de tout un chacun ainsi que permettre une conservation plus longue.


Aujourd’hui, la réussite du passage à une production bio, dans un contexte de Covid et de réduction drastique des exportations, constitue un défi d’importance qu’il est permis de relever. Mais encore faut-il que la Covid diminue réellement ses effets pour que le commerce mondial, notamment celui de la spiruline de Koudougou, reprenne.